"THE TALON"
Bulletin du Centre d'ornithologie et de conservation des oiseaux   Vol. 1, no 1
Campus Macdonald de l'Université McGill, Montréal (Québec), Printemps 1999

MESSAGE DU DIRECTEUR

Chers amis,

 Grâce à l'éditique et à ses coûts raisonnables, nous avons le plaisir de pouvoir vous offrir aujourd'hui ce premier numéro de "The Talon", dont l'objectif principal est de vous renseigner sur les principaux projets du Centre d'ornithologie et de conservation des oiseaux, anciennement Centre Macdonald de recherche sur les rapaces.  Nous entendons promouvoir l'étude fondamentale et appliquée des oiseaux, sur le terrain comme en laboratoire.  Naturellement, ce genre d'activité coûte cher, ce qui explique que le Centre soit continuellement à la recherche de crédits.  Par suite de compressions budgétaires, le Centre ne reçoit plus aucune subvention annuelle pour ses dépenses d'exploitation, que ce soit des pouvoirs publics ou de l'Université McGill, exception faite du salaire de professeur de son directeur et du salaire du personnel de secrétariat et de soutien.  Sachant combien chaque dollar est précieux, nous faisons tout notre possible pour dépenser judicieusement l'argent que nous gagnons péniblement, dans le cadre des initiatives visant la protection et l'étude des oiseaux.  En d'autres termes, NOUS AVONS BESOIN DE VOTRE CONTRIBUTION!  S'il est vrai que les causes humanitaires ne manquent pas, nous ne devons pas pour autant négliger notre patrimoine naturel.  Je ne saurais pour ma part imaginer un monde sans oiseaux.
Dr. D. M. Bird


UN JEUNE FAUCON QUITTE AVEC SUCCÈS SON 32e ÉTAGE

Depuis 1984, des faucons pèlerins menacés de disparition nichent sur les gratte-ciel du centre-ville de Montréal.  En 1998, ceux-ci ont élu domicile au 32eétage de la Place Victoria, où se trouve la Bourse de Montréal.  Pour des raisons inconnues, aucun des trois oeufs pondus n'a éclos et le Centre a dû remplacer les oeufs par un jeune mâle fourni par Faucon Services Environnementaux. Depuis, le nid est filmé en permanence par caméra vidéo, avec retransmission simultanée sur un écran de télévision géant situé dans le hall de l'édifice, pour le public.  Tout le monde a donc regardé avec appréhension si le couple de faucons allait accepter leur enfant adoptif.  Celui-ci a grandi comme de la mauvaise herbe sous l'oeil attentif de Kat Rother, étudiant d'été recruté par le cabinet Martineau Walker qui, avec l'aide du Centre, a mis sur pied un Kiosque d'information sur le faucon pèlerin pour renseigner le public sur les oiseaux menacés de disparition.  Lors de l'inauguration officielle du kiosque, Martineau Walder a remis un chèque de 5 000 $ à David Bird pour le Centre.  Ce petit faucon pèlerin mâle, qui figure à droite et à gauche, a été bagué en juin par David Bird, avec l'aide d'Oliver Love du Centre et de Jean Masson de Martineau Walker.


SUCCÈS DU PROGRAMME D'ÉLEVAGE EN CAPTIVITÉ
 DES PIES-GRIÈCHES MIGRATRICE

Le Centre d'ornithologie et de conservation des oiseaux a mis sur pied un programme d'élevage en captivité de pies-grièches migratrices gravement menacées de disparition, dans le but de relâcher les jeunes élevés en captivité dans leur habitat d'origine, au Québec et en Ontario.  Seulement 25 à 30 couples vivent en Ontario, alors que l'espèce a pratiquement disparu du Québec.  En 1997, 15 pies-grièches sauvages ont été capturées et huit ont été élevées par le Centre par le coordonnateur des espèces menacées de disparition, Ian Ritchie.  Les sept autres sont allées au Zoo de Toronto, autre partenaire important de ce projet.  Sur les huit pies capturées, trois couples ont été formés au printemps de 1998, au Centre, qui ont donné naissance à quatre petits.  Ces quatre petits, de même que 16 jeunes capturés par le Centre en 1998, formeront une grande colonie d'élevage en captivité pour 1999.  Grâce au travail de Ian et de nombreuses personnes dans les deux centres et ailleurs, la pie-grièche migratrice redeviendra un oiseau familier des campagnes de l'est du Canada.  Le Centre remercie le Fonds mondial pour la nature du Canada, le Service canadien de la faune, la Société de la protection des oiseaux du Québec, la Fédération canadienne de la faune, Rolf et Mark Hagen, la Fondation québécoise de la faune et la Fondation Hylcan d'avoir généreusement parrainé ce programme.


UN CHERCHEUR BRITANNIQUE APPREND AUX RAPACES À SE PROTÉGER

        Dans l'espoir de trouver un moyen d'apprendre aux rapaces à ne pas s'attaquer à certains oiseaux ni aux pigeons de concours du Royaume-Uni, Mike Nicholls du Canterbury Christ Church College de Cambridge (Grande-Bretagne) a passé deux semaines au Centre, aux côtés du chercheur Oliver Love, dans le but d'apprendre à des crécerelles d'Amérique en captivité à ne pas chasser certains animaux.  L'espoir est que les oiseaux de proie comme le faucon pèlerin ou les vautours puissent être "entraînés" à éviter certains oiseaux, comme les faisans ou la perdrix rousse, en associant ces proies à un mauvais goût ou à une couleur étrange.  Comme l'indique Mike Nicholls : "De plus en plus de rapaces sont persécutés par les êtres humains, car ils s'attaquent au gibier le plus convoité.  Il faut trouver un moyen de dresser le rapaces car, jusqu'à présent, nous avons été dans l'incapacité de dresser l'être humain."  David Bird a présenté les résultats de ces travaux lors de la 5e conférence annuelle sur les rapaces du monde entier, qui a eu lieu en Afrique du Sud.


EFFETS DES CHAMPS ÉLECTROMAGNÉTIQUES SUR LES CRÉCERELLES

  Le Centre d'ornithologie et de conservation des oiseaux est fier d'annoncer que Mlle Kim Fernie a soutenu sa thèse de doctorat en septembre.  Encadrée par David Bird, Kim a étudié les effets des champs électriques et magnétiques sur les crécerelles en captivité et vivant à l'état sauvage.  Les oiseaux de proie du monde entier utilisent les lignes à haute tension pour se percher, nicher et chasser, et il n'est pas rare qu'ils se fassent électrocuter.  Alors que ce problème est en passe d'être résolu, personne n'a cherché encore à savoir si les lignes à haute tension pouvaient avoir des effets délétères sur les oiseaux.  Selon les résultats très complexes que Kim Fernie a obtenus, les crécerelles semblent percevoir les champs electromagnétiques comme la lumière, ce qui altère leur photopériode et leur équilibre hormonal.  Les champs électromagnétiques affectent la reproduction, mais de manière non cohérente. Reste à savoir s'il s'agit d'un problème grave pour les rapaces sauvages.  Outre de nombreux autres prix, les recherches de Kim ont bénéficié d'une bourse de deux ans Hydro-Québec/Université McGill, ainsi que d'une subvention de la Société pour la protection des oiseaux de la province de Québec.


PARTAGER LES CIEUX : LES VOLS D'AVIONS À BASSE ALTITUDE NUISENT-ILS AUX RAPACES?

M. Peter Thomas vient de terminer sa maîtrise sous la direction de David Bird qu'il a consacrée aux effets des vols à basse altitude des avions militaires sur la reproduction des balbuzards du Labrador. Les nids ont été surveillés pendant deux saisons pour déterminer leur occupation, la taille des portées, le nombre d'éclosions et le nombre des envols.  Même si Pierre n'a trouvé aucun impact significatif sur la reproduction des balbuzards, il préconise la prudence lorsqu'il s'agira d'appliquer ces résultats aux plans généraux de gestion, puisque les balbuzards du Labrador et du nord du Québec se sont peut-être habitués au vol à basse altitude depuis 1981.  L'étude a été subventionnée par le ministère de la Défense nationale et la division de la faune de Terre-Neuve et du Labrador.


LE TOURNOI DE GOLF "BIRDIES 4 BIRDIES"
PERMET AU CENTRE DE RENFLOUER SES CAISSES

        Le deuxième tournoi de golf "Birdies 4 Birdies" a eu lieu le 10 septembre 1998 au Club de golf Cedarbrook à Ste-Sophie et a permis au Centre de recueillir 16 000 $.  Le tournoi qui a duré une journée a été non seulement amusant, mais a permis aux quatre meilleurs de remporter des estampes de Robert Bateman et de feu Rober Tory Peterson.  Un banquet, accompagné d'une enchère silencieuse et d'une tombola, était également au programme.  Le succès de cet événement est attribuable à la générosité de nombreux donateurs, joueurs et bénévoles, et tout particulièrement à Robin et Mandy Ram, Doug et Lynn Meyer, Toni Bird et Greg Weil. Une nouvelle édition du tournoi aura lieu en septembre prochain!  Photo de droite : David Bird et Robin Ram (à gauche) et Doug Meyer (au centre).


LE NOUVEAU DIRECTEUR ADJOINT CONNAÎT BIEN LES OISEAUX

Le Centre d'ornithologie et de conservation des oiseaux se félicite de ce que Rodger Titman (à droite sur la photo) se soit joint officiellement au Centre à titre de directeur adjoint.  Professeur de biologie de la faune au département des sciences des ressources naturelles depuis 1973, Rodger s'intéresse tout particulièrement au comportement des oiseaux aquatiques, au choix des habitats et à l'écologie des terres humides.  Il encadre également des étudiants qui s'intéressent aux becs croisés rouges, aux mouettes, aux chauves-souris et aux tortues!  Roger Titman et David Bird sont les meilleurs amis du monde et ont de nombreux points en commun, dont un partenariat dans une boutique spécialisée dans les objets sur la nature (Wildlifers); ils donnent conjointement des cours sur les oiseaux (voir publicité dans ce numéro) tous les mois de mai, ainsi que des cours d'ornithologie et de gestion de la faune et de la pêche sur le campus Macdonald de l'Université McGill.  Ils font également partie de l'équipe de hockey qui affronte tous les lundis soirs d'hiver les étudiants du campus.


DES STAGIAIRES DU MONDE ENTIER AIDENT LE CENTRE

        Chaque été, le Centre d'ornithologie et de conservation des oiseaux accueille deux à six étudiants étrangers pour leur apprendre les rudiments de la recherche, de la conservation et de l'élevage en captivité, ainsi que de la gestion de oiseaux. En 1998, nous avons eu le plaisir de collaborer avec M. Mark Hagen de l'Institut de recherche avicole Hagen de Rigaud pour aider Mlle Susan Anderson d'Australie à étudier la production de sperme chez les perroquets.  Une stagiaire du Collège John Abbott, Mlle Genna Dionne, qui est aujourd'hui assistante vétérinaire en Floride, nous a aidés à entretenir et à prendre soin de la colonie de crécerelles, ainsi que de la colonie de pies-grièches migratrices.  Mlle Jennifer Wilson de Saskatchewan a aidé Gary Bortolotti de l'Université de Saskatchewan à mener à bien un important projet d'été portant sur le rôle des polluants organochlorés (PCB) dans la perturbation des fonctions endocrines (ce sur quoi nous reviendrons dans notre prochain numéro).  Nous avons également accueilli Mlle Maria Lazaro, venue d'Espagne pour participer à la collecte des données dont le docteur Bortolotti avait besoin.


COMMENT APPRENDRE À CONNAÎTRE LES OISEAUX TOUT EN S'AMUSANT

"LE COURS SUR LES OISEAUX", d'une durée de cinq jours, s'adresse aux adultes et vise à les renseigner (et à les amuser!) sur l'ornithologie et l'observation des oiseaux.  Il est offert du 17 au 21 mai 1999 par David Bird et Rodger Titman, professeurs au campus Macdonald de l'Université McGill, à quelques minutes seulement de Montréal en autobus.  Le cours consiste dans des cours magistraux et des séances de laboratoire, ainsi que par des excursions tôt le matin.  La promotion de l'an dernier figure sur la photo de droite.  Aucune qualification particulière n'est exigée.  Les droits d'inscription sont de 325 $ CDN.  Le nombre de participants est limité à 20.  Il est également possible de louer une chambre dans les résidences étudiantes pour la modique somme de 60 $ CDN la semaine, sur demande.  Pour tout complément d'information, veuillez vous adresser à Rodger Titman, Centre d'ornithologie et de conservation des oiseaux, 21,111 chemin du Bord-du-lac, Ste-Anne-de-Bellevue (Québec) H9X 3V9 (téléphone : 1-514-398-7933; télécopieur : 398-7990; mél. : titman@nrs.mcgill.ca).


UNE ENQUÊTE SUR LES OISEAUX D'UN TERRAIN DE GOLF
RÉVÈLE LA PRÉSENCE DE NOMBREUSES ESPÈCES

        Une enquête récente menée par les chercheurs du Centre, Oliver Love et Christina Semeniuk, au Club de golf Hillsdale à Mirabel a permis de découvrir un vaste éventail d'espèces d'oiseaux.  Le terrain de golf qui entend protéger la diversité biologique en limitant les zones tondues pour favoriser la croissance naturelle et encourager la faune, au moyen d'aliments naturels et de sites de nidification, a obtenu un certificat de la Société Audubon de New York.  Le golf de 36 trous abrite plus de soixante espèces d'oiseaux, dont des grands pics, des petites buses, des busards St-Martin, des bécasses d'Amérique et de nombreuses fauvettes.  Même si de nombreux clubs de golf ne sont ni conçus ni exploités dans le respect de la nature, ils sont de plus en plus nombreux à associer le golf à la protection de la nature.  Le Centre espère étudier l'effet des zones perturbées par l'être humain, comme les terrains de golf, pour déterminer leur potentiel de conservation à mesure que disparaissent de plus en plus d'espèces sauvages.


COMMENT AIDER LA FAUNE ET LES ESPÈCES MENACÉES DE DISPARITION

       Le Centre d'ornithologie et de conservation des oiseaux est un organisme à but non lucratif voué à l'étude des oiseaux et à leur protection.  Pour cela, le Centre : 1) mène des recherches fondamentales et appliquées, 2) protège les espèces menacées de disparition en procédant à des élevages en captivité et en assurant la gestion des populations sauvages et 3) forme des étudiants de 1er, 2e et 3e cycles, ainsi que des stagiaires du monde entier.  Le Centre compte sur votre générosité pour poursuivre ses recherches dans le domaine de la conservation des oiseaux et de l'éducation du public.  Vous pouvez faire un don déductible d'impôt ou un legs au Centre d'ornithologie et de conservation des oiseaux en remplissant et en renvoyant le formulaire qui figure au verso de cette page.  Votre don sera exclusivement consacré aux populations d'oiseaux sauvages!


Conservation à l'Oeuvre!

Les donateurs annuels reçoivent un abonnement d'un an à "The Talon", bulletin semi-annuel du COCO.  Tous les dons sont déductibles d'impôt.  Vous trouverez en annexe un don de              $

[  ] Étudiant  10 $
[  ] Particulier  15 $
[  ] Famille  25 $ ou plus
[  ] Donateur  100 $ ou plus
[  ] Bienfaiteur  500 $ ou plus
[  ] Mécène  1 000 $ ou plus
[  ] Legs

Contactez le Centre pour plus de renseignements

Nom: ____________________________________________________

Adresse: _________________________________________________

Code postal:                                    Téléphone: ____________________

Veuillez établir votre chèque ou mandat à l'ordre de l'Université McGill

Retour à la page d'acceuil du CRCO

© 2003 Centre de Recherche et de Conservation des Oiseaux
McGill  University, 21,111 Lakeshore Rd.
Ste-Anne-de-Bellevue, Québec,  Canada H9X 3V9
Tel: (514) 398-7760     Fax: (514) 398-7990
Rédacteur Web